Rune, connue aussi sous le terme « Run » d’un ancien alphabet magique et sacré des peuples germano-scandinaves, signifie « mystère », « murmure », ou « secret ». Historiquement, les Runes ont pris leurs origines en Europe du Nord. La date exacte de leur apparition est certes indéfinissable, mais il est certain que leur utilisation ne s’étend qu’à partir du II è Siècle avant Jésus Christ. Quand le christianisme s’est propagé, l’utilisation des Runes pour la divination a été de pratique païenne. Les Runes sont donc, en d’autres termes des lettres sacrées, données par les dieux, contenant l’origine de la vie, son développement et sa finalité. Tout au cours de cette vie se cachent beaucoup de mystères qui nous conduisent à connaître la source de notre être.

La méthode divinatoire des Runes a vu le jour au sein des civilisations nordiques, principalement pour planifier et mener les batailles dans le succès. Un autre mythe raconta aussi que les Runes étaient un outil pour fournir des renseignements au Roi Arthur, à ses 12 chevaliers avant qu’ils ne partent à la conquête du Saint Graal.
Les Runes sont tirées du Futhark, un vieil alphabet germanique utilisé par les Celtes, les Germains et les Scandinaves. Selon la légende, le dieu de la guerre Odin était pendu aux branches d’Iggdrasill, l’arbre du monde, pendant neuf jours et neuf nuits pour apporter à l’être humain cette connaissance. La tête en bas, le dieu Odin trouva d’abord les seize premières Runes parmi les racines de l’arbre. Il pourrait donc y avoir une correspondance avec la carte « Le Pendu », douzième Arcane majeur du Tarot de Marseille.

Au début, les Runes étaient taillées sur des galets de pierre. Elles étaient utilisées pour des indications dans le bois, dans le métal ou dans la pierre. Elles sont constituées principalement par des empreintes verticales et diagonales, et moins horizontales. Les Vikings marquaient les caractères des Runes sur leurs épées ou sur leur maison pour éloigner la malédiction et les forces du mal. Chaque pays nordique possédait leurs Maîtres des Runes appelés Shamanes. Ces derniers avaient la faculté de prédire l’avenir, d’apporter des soins aux souffrants, d’éloigner les mauvais esprits grâce à leur formule magique. Au nombre de 24, représentant les 24 constellations vues par les anciens Scandinaves appelées souvent par « ligne rune », les Runes étaient structurées en trois groupes, et essentiellement au nombre de huit pour chaque groupe : L’Oett de Feoh; l’Oett de Hagel et l’Oett de Tyr. Ces 24 Runes du futhark germanique sont Fehu, ?ruz, Þurisaz, Ansuz, Raid?, Kaunan, Geb?, Wunj?, Hagalaz, Naudiz, ?saz, J?ra, Eihwaz, Perþ?, Algiz, S?wil?, Tiwaz, Berkanan, Ehwaz, Mannaz, Laguz, Ingwaz, Dagaz et Oþila. Chaque Rune possède son caractère symbolique et, pourra prendre une ou plusieurs significations, selon la position et le sens dans lequel elle a été tirée. Pour une divination très proche et avec plus de précision, les peuples nordiques ont souvent utilisé une 25 ème Rune, qu’on appelle Rune du Destin (Wyrd). Ces groupes de Runes sont :
  • OETT : Groupe de FEOH :

Fehu : Symbolise le bétail, l’argent, la richesse; Dieu de la fertilité et origine de toute chose
Uruz : Symbole du bœuf et de la force vitale.
Thurisaz : Représente les géants et le tourment des femmes.
Ansuz : Symbolise le sentiment et l’inspiration. Il marque le pilier des ancêtres.
Raido : Figure une chevauchée, un chemin ou un voyage dans les obscurités.
Kaunan : Matérialise le bateau, la torche, et le canot.
Gebo : Désigne les hommages et les sacrifices, les cadeaux et les dons.
Wunjo : Marque le confort, la splendeur et le délice.

  • OETT : Groupe de HAGEL :

Hagalaz : Représente l’orage, la grêle et la magie néfaste du temps.
Naudiz : Incarne le désastre, la tristesse, la servitude, la contrainte et le besoin.
Isaz : Symbolise la glace, le froid et aussi le malheur.
Jeran : Marque les récoltes et le bienfait du champ, les saisons fertiles. Marque également les années.
Eihwaz : Evoque la condamnation de la Magie, les dangers et la mort.
Pertho : Incarne le hasard et la sorcellerie.
Elhaz : Symbolise l’homme, l’ambiguïté et la fourchette.
Sowilo : Signe du Soleil, de la lumière, de la chaleur et de la fertilité.

  • OETT : Groupe de TYR :
Tiwaz : Représente le dieu de la Guerre Ziu, la fidélité et la flèche.
Berkanan : Représente la déesse Frigg, le mariage et la branche de bouillard.
Ehwaz : Symbolise le cheval.
Mannaz : Matérialise l’homme et l’humanité.
Laguz : Incarne la mer, les lacs, les sources et l’eau.
Ingwaz : Symbolise le héros de souche Ingwi.
Dagaz : Représente l’origine du feu sacré, le feu et la lumière.
Othalaz : Il est le contraire de Fehu et symbolise la propriété foncière.

Au début, les Runes étaient utilisées essentiellement pour une divination. Avec leur forme magique, mystérieuse et religieuse, les Runes donnèrent accès à une dimension magique avec les forces de l’univers, du visible, de l’invisible, et de la nature. C’est plus tard seulement qu’on les a employées dans l’écriture afin de conserver des informations de génération en génération. Dans la littérature, on les utilise également pour avoir plus de véracité profonde. Les écrivains comme J. R. R. Tolkien dans son ouvrage « Le Seigneur des anneaux », Jules Verne dans « Voyage au centre de la Terre », J. K. Rowling et Erik « L’Homme » ont utilisé les Runes dans leur ouvrage. A la différence de l’alphabet Latin, le nom des Runes est affecté à un sens intrinsèque car l’alphabet Latin a lentement évolué.

Actuellement, les Runes sont utilisées pour connaître des messages de prédictions, pour définir une ligne de l’avenir. Elles sont également servies pour trouver une réponse ou pour aider à faire un choix auquel on sera confronté. Elles nous aident afin qu’on puisse voir nos comportements et attitudes d’aujourd’hui, face à notre entourage. Les Runes pourront nous guider aussi vers un choix qui nous sera le plus adapté. Elles servent de miroir à l’âme et nous permettent de voir notre propre image sous un autre point de vue.


De nos jours, on peut dire que la méthode de prédiction des Runes est l’une des plus anciennes. Elles sont moins utilisées que la Tarologie, la voyance pure ou d’autres techniques de prophétie. Mais la véracité de leur utilisation est la même que celles citées précédemment.